L’assurance vélo électrique est-elle obligatoire ?


Moto
assurance obligatoire velo electrique

De plus en plus de personnes s’accordent sur le fait que les vélos électriques sont à la fois pratiques et économiques. On remarque alors une hausse de leur taux d’adoption. En plus de couvrir des distances nettement plus grandes, le vélo électrique permet également de parcourir des terrains difficiles, y compris des pentes. Cependant, souscrire à une assurance est nécessaire pour conduire un tel vélo. Découvrez si une assurance vélo électrique est obligatoire ou non.

L’assurance vélo électrique n’est pas obligatoire, mais nécessaire

La Commission européenne a établi des spécifications qui doivent être respectées par tous les conducteurs de vélos électriques. On parle alors de l’assurance vélo électrique obligatoire. Cependant, diverses circonstances rendent un tel contrat nécessaire.

Le VAE qui doit être assuré doit faire partie du groupe de vélos circulant à des vitesses dépassant 25 km/h. De plus, il est important qu’il dispose d’une puissance supérieure à 250 watts et de 45 km/h d’assistance. Tout vélo électrique répondant à ces normes doit donc être couvert par une assurance responsabilité civile.

Les vélos électriques ne sont pas tenus d’être couverts par l’assurance responsabilité civile, mais les experts suggèrent fortement de souscrire cette garantie. Votre VAE doit donc être protégé en permanence pour assurer la sécurité du conducteur et des autres usagers de la route. L’assurance automobile est nécessaire pour les motos et autres véhicules motorisés. Ainsi, appliquer le même concept à un vélo électrique n’en est qu’une extension. Par exemple, l’assurance habitation couvre souvent le vol du VAE et des vélos conventionnels.

À lire aussi :  Comment choisir l’assurance pour un scooter 50 cc ?

Sachez que le coût moyen d’un vélo électrique est nettement supérieur au coût d’un vélo classique. Le système électrique, le moteur, le compteur de vitesse et la batterie sont encore plus complexes. Dans ce cas, il est conseillé de sécuriser son vélo électrique en souscrivant une assurance. Ainsi, vous serez protégé des pertes financières en cas d’endommagement ou de vol du vélo. Bien que non obligatoire, l’assurance vélo électrique est très utile.

Les raisons rendant une assurance vélo électrique obligatoire

Bien que les vélos électriques soient rarement impliqués dans des accidents de la circulation, cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun danger. Les VAE présentent un plus grand risque de blessure pour le conducteur, car ils roulent à une vitesse plus rapide que les vélos ordinaires. Ils pourraient causer des dommages aux biens ou à la propriété d’un tiers en cas d’accident. Sachez que les répercussions d’un tel incident sont impactées par le poids plus lourd des vélos électriques.

Il est important de rappeler qu’en cas d’accident, votre véhicule sera sous contrôle et des mesures administratives complémentaires, comme une amende, pourront être appliquées. Les besoins financiers ne sont peut-être pas minimes, mais vous devez d’abord envisager les autres pertes que cause un accident. Cependant, si vous avez un contrat d’assurance vélo électrique et que vous êtes reconnu coupable, vous pouvez faire l’objet de sanctions administratives moins sévères.

Votre assurance peut vous aider pour les frais médicaux, et ce, jusqu’à votre rétablissement. Compte tenu du prix d’achat d’un vélo électrique, vous courez le risque d’un vol et de subir une perte financière substantielle. Si vous souscrivez une assurance vélo électrique, vous pourrez solliciter une prise en charge suite à un vol. Vous devez décider d’assurer votre vélo si vous voulez prévenir ces innombrables dangers.

À lire aussi :  Moto de collection : comment bien l’assurer ?

Les garanties d’une assurance vélo électrique

Les garanties d’une assurance vélo électrique vous permettront de connaître les situations qu’elles couvrent ou non. Ainsi, il existe des polices distinctes qui vous aideront à couvrir toutes les situations ci-après :

  • Dommages causés par des chutes ou des accidents,
  • Dommages à la batterie ou à l’électronique,
  • Dommages causés par les tempêtes ou le vandalisme,
  • Vol, cambriolage, incendie,
  • La protection juridique.

Il est crucial d’examiner plusieurs plans afin de couvrir autant de risques que possible. L’essentiel au moment de la souscription d’un contrat d’assurance vélo électrique est de mener des recherches approfondies au préalable. Pour souscrire, utilisez un comparateur en ligne pour faire un choix éclairé, adapté à vos exigences et à votre budget.

Le coût d’un contrat d’assurance vélo électrique

Les compagnies d’assurances ne proposent pas les mêmes tarifs, ils offrent un montant de cotation qui tient compte d’un certain nombre de facteurs. Parmi eux, vous avez la marque et le modèle de votre vélo électrique ainsi que sa politique de garantie (garanties de base, garanties optionnelles). Le montant de la franchise est un autre facteur qui influe sur le montant restant à votre charge après indemnisation. Le coût peut également dépendre des exclusions que vous souhaitez inclure dans votre contrat d’assurance. Les critères comme votre département, la valeur et le type d’utilisation de votre vélo électrique sont pris en compte.

Enfin, un velo electrique n’est pas obligé d’avoir une assurance, bien qu’il y ait un certain nombre de facteurs qui justifient une souscription. Le facteur principal est le coût d’acquisition élevé de cet équipement, qui peut entraîner des dépenses importantes en cas d’erreurs de manipulation ou de dommages. Faites donc le choix qui s’impose en fonction de vos besoins et votre fréquence d’utilisation.

À lire aussi :  Assurance moto verte : tour d’horizon sur cette obligation

Assurance vélo : laquelle choisir ?

Pratiquer du vélo vous expose à plusieurs risques qu’il convient de couvrir via une assurance. En effet, il peut se produire un accident entraînant des dégâts et des préjudices à un tiers ou à vous-mêmes. Souscrire à une assurance vélo vous permet donc d’avoir une couverture convenable en cas de sinistre, à condition de choisir la bonne.

Il existe trois types de risques :

  • La responsabilité civile
  • La couverture contre les dommages corporels subit par le cycliste
  • Les dommages matériels occasionnés au vélo

La responsabilité civile

Le vélo à assistance électrique, dont le moteur, ne peut fonctionner que si l’on pédale, possède devant la loi le même statut qu’un vélo. Bien qu’il ne soit pas obligatoire de s’assurer dans ce cas-là, la pratique du vélo peut engager votre responsabilité civile suite aux dommages que vous pouvez créer à autrui.

Vous pouvez souscrire à une assurance vélo en fonction du type de vélo, mais aussi en fonction de l’activité professionnelle exercée avec ce dernier. On distingue ainsi :

  • Les utilisateurs de vélos à titre de loisir ou mode de déplacement qui sont couverts par la garantie responsabilité civile de leur contrat multirisque habitation
  • Les cyclistes professionnels qui bénéficient d’une couverture responsabilité civile incluent dans une licence fédérale

Profitez de la couverture contre les dommages corporels

La couverture contre les dommages corporels subits par le cycliste dépend des circonstances de leur survenance :

  • Des dommages corporels suite à un accident de circulation avec un véhicule moteur
  • Les dommages corporels occasionnés lors d’un accident de la circulation avec un autre cycliste ou un piéton
À lire aussi :  Quelle assurance prendre pour mon Tmax

La garantie contre le vol ou le vandalisme de votre vélo

Certains vélos haut de gamme représentent un prix d’achat assez conséquent, il est alors indispensable de les assurer contre toute forme de vol et altération. Il n’est pas rare que certains assureurs vous proposent des contrats spéciaux portant sur un montant de 10 € par mois.

Évidemment, ce tarif peut varier en fonction du modèle de vélo, de sa valeur et de l’étendue des garanties.

Assurance vélo : laquelle choisir ?

Pratiquer du vélo vous expose à plusieurs risques qu’il convient de couvrir via une assurance. En effet, il peut se produire un accident entraînant des dégâts et des préjudices à un tiers ou à vous-mêmes. Souscrire à une assurance vélo vous permet donc d’avoir une couverture convenable en cas de sinistre, à condition de choisir la bonne.

Il existe trois types de risques :

  • La responsabilité civile
  • La couverture contre les dommages corporels subit par le cycliste
  • Les dommages matériels occasionnés au vélo

La responsabilité civile

Le vélo à assistance électrique, dont le moteur, ne peut fonctionner que si l’on pédale, possède devant la loi le même statut qu’un vélo. Bien qu’il ne soit pas obligatoire de s’assurer dans ce cas-là, la pratique du vélo peut engager votre responsabilité civile suite aux dommages que vous pouvez créer à autrui.

Vous pouvez souscrire à une assurance vélo en fonction du type de vélo, mais aussi en fonction de l’activité professionnelle exercée avec ce dernier. On distingue ainsi :

  • Les utilisateurs de vélos à titre de loisir ou mode de déplacement qui sont couverts par la garantie responsabilité civile de leur contrat multirisque habitation
  • Les cyclistes professionnels qui bénéficient d’une couverture responsabilité civile incluent dans une licence fédérale
À lire aussi :  Moto Honda : quelle assurance moto choisir ?

Profitez de la couverture contre les dommages corporels

La couverture contre les dommages corporels subits par le cycliste dépend des circonstances de leur survenance :

  • Des dommages corporels suite à un accident de circulation avec un véhicule moteur
  • Les dommages corporels occasionnés lors d’un accident de la circulation avec un autre cycliste ou un piéton

La garantie contre le vol ou le vandalisme de votre vélo

Certains vélos haut de gamme représentent un prix d’achat assez conséquent, il est alors indispensable de les assurer contre toute forme de vol et altération. Il n’est pas rare que certains assureurs vous proposent des contrats spéciaux portant sur un montant de 10 € par mois.

Évidemment, ce tarif peut varier en fonction du modèle de vélo, de sa valeur et de l’étendue des garanties.